L’équipe artistique

Alice Bounmy

Originaire d’Eure et Loir, Alice Bounmy se forme d’abord en danse classique avec Elisabeth Pascault. Elle approfondit la danse contemporaine au Conservatoire du 5è arrondissement de Paris avec Christine Bonneton et obtient son DEC au Conservatoire de Caen avec Valentine Vuilleumier et Line Guillouet.
En parallèle, elle se forme en art dramatique à Paris auprès de Pascal Parsat et à la Sorbonne Nouvelle où elle obtient une licence de théâtre.
Actuellement entre Paris et Lyon, elle continue à s’enrichir lors de workshop et de stages avec le CND ou Resodancer entre autre. Récemment, elle a participé à l’élaboration du prochain spectacle du Théâtre du Corps Pietragalla Dérouault. En parallèle, elle se consacre à ses propres créations, et s’adonne également avec passion au lindy hop et au charleston, ainsi qu’au tango.

Nicolò Bussi

Nicolò est né à Rome en février 1994. Il commence le cirque à 14 ans… Le jonglage est sa première passion. Il le pratique d’abord avec des massues, avec des anneaux, mais son véritable amour se porte sur les balles. Il aime également pratiquer l’acrobatie au sol. C’est pourquoi, au sortir du lycée, il intègre l’Ecole nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois (Enacr) avec pour objectif de faire le lien entre jonglage et acrobatie. Une fois dans l’école, il se rend compte que le cirque est un univers bien plus vaste qu’il ne l’avait imaginé… Il tombe alors amoureux des équilibres, du trampoline, de la danse et des portés acrobatiques. Autant de disciplines à découvrir et à pratiquer. Au Centre national des arts du cirque (CNAC) de Châlons-en-Champagne, il poursuit et développe sa recherche en « acro-jonglage » qui ne cesse de s’enrichir avec la danse et les équilibres.

DSC_9557 copie

Juliette Delabasle

Juliette Delabasle se forme d’abord au Conservatoire d’Argentan avec Alima Benbakir, puis à Paris à l’Ecole d’art dramatique “Les ateliers du Sudden” dirigés par Raymond Aquaviva, avant de rejoindre le RADA (Royal Academy of Dramatic Art) à Londres pour un stage sur Meisner. Elle participe en parallèle à nombreux stages avec Didier Long « Jouer KOLTES », Ph. Rondest « Jouer Labiche et Feydeau », Sylvia Bergé « Jouer Racine », « Clown » avec Olivier Hervéet, ainsi qu’un stage intensif autour du travail physique d’Eugenio Barba. Elle participe à l’atelier Form’Acteur avec T. Atlan, R. Miremont, P. Rousseau, D. Lazartigue.

En tant qu’interprète, elle joue dans Le petit bois, Eugène Durif, mise en scène de Michel Vivier ; ParCelles, mise en scène d’Alima Benbakir ; Projet Ville, par Alice Maffi, Compagnie des 3 point ; Le Bourgeois Gentilhomme, mise en scène de Raymond Aquaviva ; A qui le tour, écrit et mis en scène par Frédéric Rigoulot ; Sais-tu si nous sommes encore loin de la mer ?, mise en scène de Myriam Henne-Adda ; Les caprices de Marianne et bien plus et Bajazet, mises en scène de Roch Antoine Albaladejo ; La femme comme champ de bataille, mise en scène d’Anne-Marie Lechaptois ; Vues de Koltès, mise en scène de Didier Long ; Voyage vers le soleil, écrit et mis en scène par P.Thoraval et récemment La femme comme champ de bataille, mise en scène Alima Benbakir et Marc Dupré, Compagnie Théâtre Ozenne.

Elle poursuit également une démarche pédagogique depuis 2004, notamment auprès des enfants, dans des écoles, collèges et municipalités.

Flora Delalande

C’est au commencement de son chemin de femme que Flora Delalande tombe en amour avec la poésie. C’est à peine plus tard qu’elle rencontre le conte. Après avoir publié son premier recueil de poèmes en 2011, elle crée avec de jeunes poètes l’association Le Temps des Rêves dont une des missions est de rendre la poésie accessible à tous. Dès ses débuts, elle cherche à mêler les arts entre eux : sa plume provoque des échos chez des dessinateurs, des photographes, des collagistes, des peintres… En 2013, après une formation théâtrale avec Françoise Kerver, attirée par l’oralité et désireuse de partager le plus intimement possible son art avec le public, elle se lance dans la création de spectacles. Naissent alors des duos poétiques et musicaux, des pièces collectives et des performances totales faisant intervenir la peinture, la danse, la musique et le chant autour de ses poèmes. En 2016 qu’elle découvre l’univers du conte en compagnie de Philippe Sizaire et Emmanuelle Gros. C’est le coup de foudre et elle s’y engouffre joyeusement tout en continuant d’arpenter les contrées poétiques.

Henri de la Taille

Henri commence à jouer de la basse à treize ans en écoutant Jaco Pastorius. Il fait ses débuts dans des groupes de pop puis de jazz fusion. Il intègre ensuite le groupe « Padam » avec lequel il enregistre 5 albums et tourne dans le monde entier jusqu’en 2012. Henri se consacre aujourd’hui essentiellement au jazz et à l’improvisation.

Jaco Parmentier

Formé au piano classique puis à la guitare jazz, avec Pierre Cullaz, au CIM de Paris, Jaco participe tout d’abord à l’aventure du groupe « Monsieur To » qui reçoit un prix au concours de jazz de la Défense et donne de nombreux concerts dans toute la France. Il enregistre ensuite l’album « Méloé » et compose pour le spectacle vivant et le documentaire, tout en renouant avec son premier instrument, le piano. Il développe actuellement ses compositions au sein du Jaco Parmentier Trio.

Tinuviele Parmentier

Elle découvre la danse contemporaine enfant avec Sophie Daviet à La Schola Cantorum. Elle se nourrit du potentiel créatif de la danse tout en s’ouvrant à d’autres disciplines. Sa mère est photographe et vidéaste, son père musicien. Elle monte avec de jeunes artistes un collectif, Le Temps des Rêves, qui édite une revue de poésie illustrée Pierres d’Encre et organise des performances. Elle publie un livre de poésie Entre les racines du chêne vert en 2011, crée en 2014 les éditions Paysages, et collabore depuis 2015 aux éditions Soc et Foc.

Mais la danse reste son moyen d’expression privilégié. Elle suit la formation en danse contemporaine du Conservatoire de Caen avec Valentine Vuilleumier et Line Guillouet, où elle obtient son Diplôme d’Etudes Chorégraphiques. Elle y découvre la chorégraphie. Elle participe également pendant plusieurs années à des stages et créations, entre autres avec Sophie Daviet, Raphaël Soleilhavoup, Daniel Dobbels, Agnès Dufour, Brigitte Asselineau, Christine Gérard, Blandine Minot, Alban Richard, Elena Sera (mime) et May Kazan (danse soufie).

Elle monte la compagnie Le Monde Devant en 2014 pour laquelle elle chorégraphie d’abord plusieurs courtes pièces et performances. En 2017 elle crée La petite princesse Météore, poème chorégraphique pour deux danseuses. En 2018, elle crée Une lettre pliée en 7, trio pour une danseuse, un contrebassiste et une comédienne sur un conte poétique de Flora Delalande. Cette même année, elle crée un quatuor mêlant danse, cirque contemporain et poésie, Tout le monde veut lire le journal en même temps.

Elle mène également des projets en bibliothèques et médiathèques autour de la danse et des livres, et propose des ateliers et stages pour différents publics.

Annabelle Vatome

Annabelle Vatome

Originaire de Normandie, Annabelle commence sa formation au sein de l’école amateur Arabesque avant d’intégrer le CNR de Rouen. Elle poursuit au CRR du Grand Avignon en classe semi-professionnelle où elle se forme en danse classique, jazz et contemporaine. Annabelle intègre ensuite la Compagnie Jeune Danseurs VM Ballet à Toulouse, avant de rejoindre le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower où elle travaille aux côtés de grands chorégraphes tels que Jiri Kylian, Claude Brumachon, JC Maillot…

Elle participe au festival de la danse de la Havane (Cuba) au sein de la Compagnie Linga ((Marco Cantalupo) Basée en Suisse). Elle commence le théâtre au sein de la Compagnie du Dragon (Toulouse), et participe au Gala des Etoiles en tant que danseuse invitée à plusieurs reprises en Normandie (Bernay). Elle intègre la Compagnie Débausch sous la direction de Caroline Dodelande en septembre 2014 et participe à la création de « On crie quand ça mord », pièce mêlant danse contemporaine, théâtre et clown. Elle poursuit ses études à l’Institut de Formation Professionnel Rick Odums. où elle se produit au travers du Jeune Ballet Jazz et du Jeune Ballet Modern de l’école. Elle intègre ensuite l’Areysha Dance Company et la Compagnie Le Monde Devant en tant que danseuse interprète.

 

Magdalena Vicente Demaestri

Née à Rosario, Argentine, en 1994, Magdalena a toujours été une fille avec la bougeotte. Heureusement, à l’âge de 14 ans, elle rencontre le cirque avec l’acrobatie aérienne et à travers cela, elle se rencontre elle-même. Petit à petit, elle élargie son champ circassien en s’entraînant à d’autres disciplines comme les portés acrobatiques, les équilibres sur les mains, la contorsion, l’acrobatie. Grâce à sa soif d’apprendre et l’envie de faire de sa vie l’art du spectacle, elle entre à la Escuela Municipal de ArtesUrbanas à Rosario (EMAU), une formation en deux ans qui offre l’enseignement intégral des disciplines du cirque ainsi que la pratique du théâtre, de l’improvisation et de la danse. En parallèle, elle fait partie de La Compañía Suspensiva avec laquelle elle joue des pièces de cirque, danse et théâtre en participant à de nombreux festivals en Argentine. Néanmoins, cela n’était pas suffisant et elle embarque pour l’Europe en 2015 afin de poursuivre sa formation. Elle entre à l’École National des Arts du Cirque à Rosny-sous-Bois comme voltigeuse de main à main pendant deux ans. Toujours à la recherche du partage et de l’apprentissage, elle joue des numéros et spectacles dans la rue, participe à des festivals et des événements.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

La compagnie est une association Loi 1901 basée dans l’Orne (61)
Licences 2-1102103 et 3-1102104 / Siren 82813085600028 / APE 9001Z

 

Publicités